Connexion

Wattuneed

snsm

La survie lors d'une navigation n'est pas l'affaire que des sorties en mer. La sécurité est l'affaire de tous sous la responsabilité du chef de bord. Il lui appartient de donner les bonnes directives aux occupants du navire afin que les secours se passent dans les meilleurs conditions.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

" La première chose à faire,c'est de ne pas perdre de vue la victime. Pour cela, il convient de freiner le navire le plus vite possible. Sur tous les bateaux il y a des seaux et des bouts (cordes). Cela paraît anodin mais c'est très efficace. " Hans Roger, moniteur de voile, coordonne le stage" Survie en mer " proposé par Macif Centre Voile, l'école de voile de la compagnie d'assurance. S'il insiste sur ce genre de réflexes, c'est qu'ils sont appréciés des sauveteurs en mer. " Les personnes ayant suivi une formation sont conscientes des dangers. Elles acquièrent des automatismes qui facilitent nos interventions ", assure Jean-Pierre Guérin, pilote de la vedette 144 de la Société nationale des secours en mer (SNSM) de La Rochelle. La veille, il a passé 6 heures à chercher une personne inexpérimentée qui avait tenté, de nuit, la traversée de La Rochelle à l'île de Ré avec un Laser, un dériveur de seulement 4,23 m. Parmi les exercices attendus par les stagiaires, la récupération d'un homme à la mer tient une place importante. Cet accident peut arriver au meilleur des marins et dont l'issue peut être tragique. Les autres exercices sont aussi importants et conditionnent la sécurité de chacun." C'est galère de manœuvrer avec la barre de secours, tout est inversé ", constate Sylviane.

Et question galère, elle n'a pas fini d'en voir. Elle et les vingt-huit autres participants au stage vont connaître pendant six jours toutes les avaries que l'on peut rencontrer sur un bateau au cours d'une sortie en mer. La barre cassée n'est qu'une entrée en matière. Pour corser l'affaire, Jean-Pierre, formateur depuis dix-neuf ans, s'amuse à rappeler à l'équipage les dangers potentiels. " Quelqu'un peut-il évaluer la profondeur d'eau ? ", lance-t-il. " Le profondimètre annonce 8 mètres ", jette un stagiaire. " Mais là, on se dirige vers une balise. Que signifie-t-elle ? Vous pensez qu'il y a autant d'eau là-bas ? ", insiste l'homme de l'art. " Le voilier devant nous est passé ! ", répond un autre stagiaire. " Peut-être n'a-t-il pas le même tirant d'eau que nous ? Allez voir sur la carte et dites-moi si on passe ", conclut Jean-Pierre. Après réflexion, on décide de s'écarter de la balise. Elle signalait un plateau rocheux.

 

 

La fermeté du chef de bord

Le programme du stage est chargé et les cas concrets défilent : préparation à l'abandon du bateau, réparation d'un bout en haut de mât ou utilisation des fusées de détresse. Un moniteur met en scène les incidents qui peuvent arriver et regarde les stagiaires se dépêtrer. Avec un malin plaisir, il s'ingénie même à déstabiliser les esprits. " Sur un bateau, en cas de problème, la panique est contagieuse. Heureusement, le sang-froid l'est également ", nuancera Jean-Pierre Bernaben, directeur de la SNSM de La Rochelle, au cours de la séance de débriefing du soir.

" En cas d'incident, le chef de bord doit prendre les choses en main de manière ferme. Il doit agir et donner à chaque personne présente sur le bateau des occupations même simples ", complète celui-ci. Des informations précieuses pour l'un des stagiaires, Christian, agent de voyage à Saint-Jean-de-Luz, qui pratique la voile depuis douze ans et qui prépare avec minutie un tour du monde en famille. Comme les stagiaires, il a compris les problèmes n'arrivent pas qu'aux autres.75 % des interventions de la SNSM se font au profit des plaisanciers.

Seuls les adhérent(e)s d'EDELVOILIER VOILIERS-PASSION sont autorisés à laisser des commentaires.

Go to top

La Casserlane